Chaîne de détection IR
Laboratoire d'accueil : GEPI - Observatoire de Meudon
Correspondant :

Damien GRATADOUR
tel : 01 45 07 77 57

Lieu du stage :

Observatoire de Meudon
Télescope de 1 mètre

 

Nous conseillons aux étudiants de relire attentivement le cours " chaîne de détection 1 " de D. Tiphène.

L'objectif de ce TP est sensibiliser les étudiants avec l'aspect analogique d'une chaîne de mesure. En particulier, il est extrêmement important de comprendre la fonction de transfert d'une chaîne de détection depuis le photon qui arrive sur le détecteur photonique jusqu'au signal numérique l'image affichée sur un écran d'ordinateur. La chaîne de mesure est souvent vue comme une boîte noire. Si cette boîte noire est parfaitement réglée alors le signal présenté sur l'écran de l'ordinateur sera exact. Par contre si la chaîne de mesure est mal conçue ou mal réglée, le résultat présenté à l'écran est erroné; l'expérimentateur est alors incapable de comprendre les défauts du signal affiché à l'écran qu'il cherchera à attribuer à une source extérieure (problème de stimuli par exemple).

Nous proposons de sensibiliser les étudiants avec une chaîne de détection infrarouge qui comprend :

w une matrice de 256x256 photodiodes en HgCdTe (Mercure-Cadmium-Tellure) hybridée par billes d'indium sur un multiplexeur CMOS en silicium. Ce détecteur a été développé par la société Rockwell (USA) au début des années 90 sous le nom de NICMOS3. Ce type de matrice a été installé sur le Hubble Space Telescope (96-98).

Le détecteur est installé dans une enceinte à vide (appelé cryostat) et refroidi à la température de l'azote liquide, soit 77 Kelvin (-196°C).

w une carte de traitement analogique fixé sur le cryostat,

w un rack électronique

ü fournit les alimentations électriques (carte d'alimentation électrique),

ü gère les horloges du détecteur (carte horloge),

ü digitalise le signal analogique (carte convertisseur Analogique/Numérique 16 bits),

ü émet les données numériques via une fibre optique.

w un système d'acquisition des données numériques :

ü un ordinateur AMIGA 3000,

ü une carte d'acquisition installée dans l'Amiga.

Le logiciel développé sur l'Amiga se décompose en deux parties :

w un logiciel d'acquisition de données qui permet de piloter la chaîne de détection et d'acquérir des images,

w un logiciel de traitement de donnée. Ce logiciel est limité mais il permet de faire les traitements de données prévus dans ce TP.

La première étape du TP consistera à refroidir le cryostat avec de l'azote liquide et de mesurer la température du détecteur fourni par un senseur de température. Ce senseur est une résistance platine appelé Pt100 car elle indique 100 W à 0°C lorsqu'elle est alimentée sous 1 mA. La mesure de température est une mesure 4 fils; les étudiants devront expliquer les avantages et les inconvénients de ce type de mesure par rapport à une mesure 2 fils.

Le temps de stabilisation en température du détecteur est de l'ordre de 2 heures. Pendant ce laps de temps, les étudiants étudieront la chaîne de détection en utilisant seulement un multiplexeur qui sera installé dans une boîte de test. Dans cette configuration, l'étudiant effectuera un travail d'analyse sur le principe de cette chaîne de détection: en particulier l'étudiant mesurera avec un oscilloscope, la tension du signal vidéo sur plusieurs points de test de la chaîne de détection. Des mesures complémentaires seront effectuées avec le système d'acquisition pour différentes valeur de tension d'offset. Ces mesures ont pour objectif de sensibiliser l'étudiant à la notion de dynamique du signal vidéo.

Un second travail de réflexion portera sur la notion de dynamique du détecteur ainsi que celle du convertisseur pour introduire la notion de pas de quantification et celle de saturation du détecteur.

Le travail avec le multiplexeur se terminera pas une mesure de bruit temporel et une mesure de bruit spatial.

Tout détecteur possède un courant d'obscurité intrinsèque même en l'absence de photons. Pour les détecteurs infrarouges travaillant dans la gamme spectrale 1 à 2.5 Ám, il faut refroidir les détecteurs à la température de l'azote pour que ce courant d'obscurité devienne négligeable (de l'ordre de quelques électrons par seconde). Un détecteur reçoit des photons depuis un demi-plan de l'espace, soit 2p stéradians.

Les mesures avec la matrice NICMOS auront pour objectif de reprendre les mesures de bruit temporel et les mesures de bruit spatial et aussi de mesurer le facteur de conversion "pas codeur / électron". Connaissant le rendement quantique du détecteur, il est aisé de passer du facteur de conversion "pas codeur / électron" au facteur de conversion "pas codeur / photon".

Avec les caractéristiques techniques du fabricant du détecteur (capacité du détecteur = 0.08 pF, gain de l'ampli de sortie = 0.8) et le gain de l'électronique analogique (G = 12), il est aisé de trouver l'ordre de grandeur du facteur de conversion "électron / mV". La documentation technique du convertisseur (étendue de mesure = 10V, convertisseur 16 bits) permet d'exprimer la valeur du pas codeur en tension et par conséquent d'obtenir le facteur de conversion "pas codeur / électron".

Une mesure photonique avec un corps noir étendu remplissant le champ de vue du détecteur permettra de mesurer ce facteur de conversion. Le signal mesuré peut s'exprimer par un nombre de pas codeur, soit M ce nombre. La mesure de bruit s'exprime aussi par un nombre de pas codeur, soit N ce nombre; si le bruit est limité par le bruit de photons, celui-ci sera égal à (M pas codeur)1/2. On en déduit donc la formule suivante :

1 pas codeur = M / N2

En traçant cette courbe pour plusieurs niveaux de flux de photons, on doit trouver une droite dont l'intersection avec l'axe des ordonnées fournit d'obtenir le facteur de conversion "pas codeur / électron".

 

  1. Mesure de la sonde de température Pt100

    Une sonde Pt100 est un capteur de température composé d'une résistance platine qui varie avec la température. Le principe de la mesure est une mesure "4 fils".

    Un courant de 1 mA est injecté dans le capteur et on mesure une tension V.

    Questions : Quelle est le principe de la mesure "4 fils"?

    Peut-on faire la même mesure en 3 fils (pour réduire le nombre de fils utiles)?

     

  2. Enceinte sous vide

Le détecteur infrarouge est installé dans une enceinte (appelée cryostat). Avant de refroidir le détecteur, nous faisons un vide de 10-5 mbar dans cette enceinte.

    Questions : Quelle est la nécessité de faire le vide, du point de vue thermique?

    Quels sont les risques pour le détecteur, si la pression dans l'enceinte remontait à la pression ambiante alors que la température du détecteur reste inférieure à la valeur du point de rosée?

     

    3. Refroidissement de l'enceinte

    Questions : Pourquoi refroidit-on les détecteurs infrarouges?

    Pourquoi refroidit-on le filtre optique?

    Pourquoi refroidit-on l'enceinte qui entoure le détecteur?

     

    4. Mesures avec le multiplexeur

    Le détecteur infrarouge comprend un multiplexeur (en silicium) qui comprend toutes les fonctions électroniques du détecteur et une tranche de HgCdTe (Mercure — Cadmium — Tellure) qui transforme les photons de longueur d'onde (0.8 —2.5 Ám) en électrons.

    Le détecteur est divisé en 4 quadrants (voir schéma). Le principe de lecture d'un quadrant est présenté sur un schéma simplifié.

    Le signal vidéo qui sort du détecteur est à un niveau continu de 3.7 V (sans charges) et descend à 3.0 V lorsque le détecteur est saturé.

    L'électronique de proximité ne fait que soustraire une composante continu et amplifie le signal photonique avec un gain 12.

    4.1. Mise du multiplexeur sous tension

    L'ordinateur est un Amiga 3000. Dans la fenêtre Amiga, lancer le programme "ohp" qui ouvre une fenêtre vt100 et une fenêtre avec la visualisation des données.

    Brancher la sortie du Multiplexeur (détecteur) sur l'entrée 4 du rack (avec câble BNC).

    Mettre un bouchon 50 ohms sur les entrées 1 à 3 du multiplexeur analogique.

    Question :Pourquoi le multiplexeur seul détecte-t-il la lumière visible et par quel principe?

    4.2. Mesures de bruit avec le multiplexeur

    Choisir le temps d'intégration T3 soit 1.26 seconde.

      1. Mesures de bruit sur les images "début de pose"
      2. Acquérir une première image (menu principal). Puis prendre l'image début de pose (menu acquisition) et la stocker dans référence (menu traitements).

        Acquérir une deuxième image (menu principal). Puis prendre l'image début de pose (menu acquisition et bouton gauche de la souris). Dans le menu menu traitements, sélectionner l'option Arith et taper "-r" dans la fenêtre. Cette option fait la différence entre l'image présente à l'écran et l'image stockée dans la mémoire référence. Le résultat de la différence est affiché à l'écran.

        Sélectionner avec le bouton droit de la souris, une grande portion de l'image de différence (dans le quadrant 4). Dans le menu traitements, sélectionnez l'option photométrie qui calcul la valeur moyenne et le bruit sur la portion de l'image sélectionnée.

        Le bruit obtenu est exprimé en ADU (Analogic Digital Unit) ou "pas codeur". Il faut diviser par 21/2 car le traitement est effectué sur 2 images.

        Exprimer aussi cette valeur de bruit en mV ramené à la sortie de l'ampli du multiplexeur. Je rappelle que le convertisseur est un convertisseur 16 bits qui convertit entre —5V et +5V et que le gain de l'électronique est de 12..

         

      3. Mesures de bruit sur les images "fin de pose"
      4. Faire la même mesure mais avec les images "fin de pose".

         

      5. Mesures de bruit sur les images "fin de pose — début de pose"

    Faire la même mesure mais avec les images "fin de pose — début de pose".

    Dans ce cas, le traitement est fait sur 4 images, donc il faut diviser le résultat fourni par le calcul de photométrie par 41/2.

    Questions : Quelles sont les résultats les moins bruitées et pourquoi?

     

  1. Mesures avec le détecteur infrarouge.

Noter la valeur du capteur de température avant d'effectuer les mesures. Fournir le résultat en Kelvin.

Mettre une plaque métallique devant le hublot

Question : Comment sont les images fournies par le détecteur si la tension d'offset est de 3 Volts.

Comment faut-il régler cette valeur Voffset?

Avec cette valeur Voffset, que deviennent les images si on présente une plaque métallique refroidie à l'azote liquide devant le hublot du détecteur?

Mesure du facteur de conversion ADU/électron

Lorsque le détecteur est limité par le bruit de photons (BLIP), il devient possible de mesurer la fonction de transfert ADU/électron. Il ne reste plus qu'à mesurer le rendement quantique du détecteur pour remonter à la fonction de transfert photons/ADU.

La mesure d'un champ plat donne un nombre moyen Nsignal de pas codeurs.

La mesure du bruit de ce champ plat donne un nombre moyen Nbruit de pas codeurs.

Or si le détecteur est BLIP, le bruit est égal à (Nsignal de pas codeurs)1/2.

 

On obtient alors la relation :

Faire quelques mesures pour déterminer cette valeur.

Avec les valeurs des paramètres techniques fournies par l'industriel Rockwell pour le détecteur et la valeur du gain de l'électronique de proximité, calculez ce facteur de conversion et comparez-le à votre mesure.

C = 0.085 pF

Gain de l'amplificateur de sortie du détecteur = 0.85

q = 1.6 10-19 C

Gain de l'électronique = 12

Dynamique du convertisseur = 10V

Nombre de bits du convertisseur = 16

Faire les mesures avec le corps noir étendu (température 15°C et 16°C) et faire deux temps d'intégration t2 et t3 (les images ne sont normalement pas saturées).

Table de correspondance résistance — température pour les thermo-sondes

à résistance de platine 100

 

°C

Ohm

Ohm / °C

+30

111.67

0.387

+20

107.79

0.388

+10

103.90

0.389

0

100.00

0.390

-10

96.07

0.393

-20

92.13

0.394

-30

88.17

0.396

-40

84.21

0.396

-50

80.25

0.396

-60

76.28

0.397

-70

72.29

0.399

-90

68.28

0.401

-80

64.25

0.403

-100

60.20

0.405

-110

56.13

0.407

-120

52.04

0.409

-130

47.93

0.411

-140

43.80

0.413

-150

39.65

0.415

-160

35.68

0.417

-170

31.28

0.420

-180

27.05

0.423

-190

22.78

0.427

-200

18.53

0.425

-210

14.36

0.417

-220

10.41

0.395