Les métiers de l’Astronomie et de l’Espace

orientation scientifique, technique

Comme dans les autres domaines de la recherche scientifique, plusieurs types de carrières sont offerts : les carrières de techniciens ou ingénieurs, les carrières de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. Les activités de recherche s’appuient aussi sur des métiers administratifs liés à la gestion et à l’organisation des établissements et des projets.

les objectifs en Astronomie

L’Astronomie, science de l’Univers, a pour objet l’étude du mouvement, de la nature et de l’évolution des corps célestes et de leurs systèmes. Le champ des objets étudiés est très vaste, des plus proches aux plus lointains :
- le système solaire :planètes, satellites, comètes, astéroïdes, poussières...
- le Soleil,
- les étoiles et leurs planètes (exoplanètes)
- la matière interstellaire,
- notre Galaxie,
- les galaxies
- les quasars, trous noirs...
- la forme générale et l’origine de l’Univers.

Le développement des recherches en Astronomie est largement fonction des moyens d’observation - qu’il s’agisse de grands télescopes ou radiotélescopes installés au sol, ou d’instruments envoyés dans l’espace : ballons, sondes spatiales ou satellites et des moyens informatiques qui offrent des possibilités incomparables de calcul et de modélisation des phénomènes naturels et qui permettent de faire une analyse très poussée des données acquises grâce aux observations.

La recherche en Astronomie fait appel à de nombreuses disciplines (mathématiques, physique, chimie, informatique) ; c’est un travail d’équipe qui demande une collaboration étroite entre chercheurs (les astronomes), ingénieurs et techniciens, et personnels administratifs, au niveau national et international.

Différents domaines d’activité peuvent être définis, d’une part selon les objets étudiés, d’autre part suivant les techniques employées.
Certains astronomes sont plus spécialisés dans les observations, d’autres dans la théorie ou la modélisation, d’autres enfin dans l’instrumentation, mais ces trois domaines sont complémentaires et les astronomes peuvent exercer leur activité dans plusieurs domaines.

Pour effectuer leurs observations, ceux-ci utilisent des instruments qui sont souvent de plus en plus gros et de plus en plus performants. Il s’agit de recueillir et d’analyser le rayonnement envoyé par les astres de façon à en obtenir le maximum d’informations. Les instruments sont conçus et réalisés par des astronomes, des ingénieurs et des techniciens.
Les observations préparées longtemps à l’avance ont généralement pour but de vérifier les prévisions du théoricien.

Montage et tests en salle propre
Installation de la case quipement
destine au satellite CoRoT,
en vue d’une srie de tests.

Le temps d’utilisation des grands instruments est accordé en fonction de l’intérêt scientifique des projets présentés. Les observations elles-mêmes sont généralement de courte durée. Mais beaucoup de temps et de travail sont consacrés à la préparation puis à l’exploitation et à l’interprétation de ces observations. Le but à atteindre est l’obtention d’une information aussi détaillée que possible sur les astres étudiés, de déterminer quelles conditions les régissent et quels processus physiques interviennent. Ce travail, qui peut nécessiter de très gros ordinateurs, utilise et développe les études théoriques. Les modèles établis par l’astronome théoricien à partir des résultats des observations devront être vérifiés par de nouvelles observations.

Les résultats scientifiques obtenus sont finalement publiés dans des revues spécialisées, des comptes rendus de colloques ou des monographies, ce qui permet à la communauté internationale d’en prendre connaissance.

Ainsi avance la science, s’appuyant sur des techniques de pointe ou, inversement, faisant évoluer les idées, les techniques, pour le bénéfice de tous.

L’astronomie est une science fondamentale, c’est à dire dont l’objectif est de chercher à comprendre notre place dans l’Univers et qui n’a pas quasiment pas de débouchés utiles. La diffusion et l’enseignement de ces connaissance sont donc des missions fondamentales des astronomes.

Les carrières de l’Astronomie

Ainsi que dans la plupart des autres domaines de la recherche scientifique, deux types de carrières scientifiques et techniques sont offerts :

- les carrières de techniciens ou ingénieurs ;
- les carrières de chercheurs et d’enseignants-chercheurs.

Techniciens et ingénieurs :

Les principaux domaines d’activité sont les suivants : électronique et électro-mécanique ; informatique et calcul scientifique ; optique et optronique ; instrumentation scientifique ; technique de laboratoire et technique d’observation en coupole ; travail des matériaux et bureaux d’étude.

Il existe une échelle étendue de carrières possibles. Les niveaux de qualification vont du baccalauréat pour les techniciens de premier niveau au doctorat pour les ingénieurs de recherche.

- Technicien :
Baccalauréat scientifique ou technique, diplôme de chimiste, électronicien, électro-mécanicien, opticien, informaticien, physicien, radioélectricien, statisticien délivré par une Ecole Technique Spécialisée ou un Institut Universitaire.

- Assistant-Ingénieur :
DUT, BTS, diplôme équivalent délivré par un établissement d’enseignement public ou privé.

- Ingénieur d’Etude :
Licence (L3), Masters, diplôme équivalent délivré par un Etablissement d’Enseignement Supérieur public ou privé.

- Ingénieur de Recherche :
Thèse de doctorat, diplôme d’ingénieur délivré par une Ecole Nationale Supérieure ou une Université.

Les recrutements se font par CDD ou sur postes de fa fonction publique.

Chercheurs :

- Après un baccalauréat scientifique, deux possibilités :
— Soit dans un lycée : les classes préparatoires aux grandes écoles (Math Sup et Math Spé) pendant 2 ou 3 ans. L’accession aux grandes écoles se fait par concours. Les plus connues sont les Ecoles Normales Supérieures, l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Centrale, l’Ecole de Physique et Chimie de Paris, l’Ecole Supérieure d’Optique (3 ou 4 ans).
— Soit l’Université : Licence de sciences mathématiques ou physiques (3 ans) ; puis un Master en sciences mathématiques ou physiques (2 ans), avec une option Astronomie ou Astrophysique.

Pratiquement toutes les universités dispensent un enseignement de Master en sciences ; il n’est donc pas nécessaire de poursuivre ses études à Paris.
- Masters à l’université (2 ans). Des masters en astronomie/sciences de l’univers/techniques spatiales existent en Ile de France et dans plusieurs universités de province.
- Thèse de doctorat, préparée dans un laboratoire de recherche encadrée par un ou des chercheurs (3 ans). Cette thèse doit être financée par une allocation de recherche/bourse de thèse.

Poste de chercheur :

En France, les chercheurs sont en CDD (postdocs) ou fonctionnaire du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il existe 3 types de postes, dont les grades de début sont :

- Les Astronomes adjoints du cadre des observatoires (Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche)

- Les Chargés de Recherche du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique)

- Les Maîtres de Conférence des Universités (Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche).

Les études en Astronomie sont longues et difficiles ; les débouchés, limités à la seule recherche scientifique et à l’enseignement supérieur, sont assez faibles actuellement (une vingtaine de postes par an pour l’ensemble de la discipline). Cependant, le large spectre des connaissances nécessaires à ce domaine des sciences fournit à l’étudiant un bagage étendu qui lui facilite l’accès à des domaines d’emplois variés dans d’autres secteurs d’activité que la recherche (industrie, enseignement,...)

Réalisé par la cellule TICE avec : SPIPSPIP PHPPHP MySQLMySQL ApacheApache